Pour ceux d’entre vous qui ont déjà fait l’expérience de porter un Kimono, vous vous dites sans doute que ce n’est pas très pratique pour se déplacer. Mais alors quels vêtements choisissaient les Japonais de l’époque Edo lorsqu’ils devaient partir pour un long voyage ? Laissez-moi vous présenter 7 vêtements que les voyageurs nippons portaient en voyage !

Tout d’abord le Kimono, ou dans sa forme la plus générale, le Kosode (小袖), reste avant tout le vêtement de base. Mais bien évidemment, ses longs pans allant jusqu’aux chevilles étaient réhaussés en les coinçant sous le Obi.
Donc vous pouvez déjà mettre un Kimono sur le dos.
Mais attention ! Oubliez les somptueux Kimonos richements décorés, vous allez attirer les brigands ! Inutile de préciser qu’à l’époque, les routes n’étaient pas forcément sûres. Un voyage pouvait devenir une véritable aventure semée de dangers ! Ceux qui le pouvaient s’armaient donc souvent d’un « Dôchûzashi » (道中差し) : une lame de voyage, courte et discrète.
Le voyageur, ou « Tabibito » en Japonais (旅人) est l’une des figures phares du genre cinématographique et télé-visuel « Jidaigeki » (時代劇), au même titre que le samurai sans maître appelé Rônin (浪人).
Un bon exemple de Tabibito connu dans le monde de la télévision et du cinéma est le personnage Kogarashi Monjirô (木枯し紋次郎). Dans le monde de l’animation, le meilleur exemple qui me vient en tête est le personnage d’Ashitaka dans le film « Princesse Mononoke ».

Pour ce qui est des vêtements, il fallait une tenue qui facilite les mouvements et protège des intempéries.
Les voyageurs de l’époque Edo portaient donc :

Un Sugegasa (菅笠) :

Le fameux chapeau pointu en paille ou bambou tressée ! Il faut dire que c’était très pratique.
La largeur de ses bords protège du soleil et de la pluie tout en restant léger et aéré. Le Sandokasa (三度傘), plus arrondi, était également très répandu et fait partie des signes distinctifs du personnage Kogarashi Monjirô, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Chapeau japonais Edo

©Copyright2018 にっぽん旅行記

Un Kappa (合羽) :

Une cape coupe-vent en tissu. Les Japonais ont découvert le concept de la cape à travers les missionnaires Portugais lors de leur arrivée au 16ème siècle. D’où le terme qui viendrait du terme portugais « Capa ». Avant le Kappa, les Japonais utilisaient des Mino (蓑) qui sont l’équivalent en paille tressée (également répandues en Corée, au Vietnam et en Chine).

Voyageur époque Edo

© UNIVERSAL HISTORY ARCHIVE/UIG/GETTY IMAGES

Une paire de Tekkô (手甲) :

Des gants en tissu ou en cuir. Il en existent de plusieurs sortes et longueur, mais ils recouvrent généralement les avant-bras et les poignets en allant jusqu’au dos de la main. Pour fixer le Tekkô sur le dos de la main, on doit passer la boucle à son extrémité sur l’anulaire. Cela servait à la fois de protection contre le froid, le soleil, les blessures éventuelles, etc. Un bon exemple est la paire de Tekkô que porte le personnage Ashitaka, dans le film d’animation d’Hayao Miyazaki « Princesse Mononoke ».

protection japonais Edo

©Studio Ghibli

En guise de pantalon, les voyageurs optaient pour un Momohiki (股引). Là encore, ce sont les Portugais et leur « Calça » qui ont inspiré ce vêtement.

pantalon traditionnel japonais

Copyright© 2017 All Rights Reserved.

Une paire de Kyahan (きゃはん) :

Tout simplement des guêtres. Ils ont exactement le même rôle de protection que les Tekkô. Encore maintenant, les festivaliers utilise les Kyahan pour protéger leurs jambes. Je laisse Oshin-chan, ce personnage haut en couleur, vous présenter les guêtres japonaises (en japonais seulement).

Une paire de Waraji (草鞋) :

Aussi appelés Waragutsu ou Warazôri, ces sandales en pailles tressées sont un incontournable pour les voyages. Ils sont souvent en Aizome (teinture indigo) car cette teinture a la réputation de repousser les insectes et les serpents venimeux.


Sources et crédits photographiques :

http://eiga.com/movie/53377/gallery/

http://www.ufunk.net/photos/les-derniers-samourai/

http://yaplog.jp/stinger__k2/archive/1401

http://akaby208.web.fc2.com/edo6.html